ÉPISODE 13 : ROMANIE-DALLAS : TON UNIVERS IMPITOYABLE

Bucarest : encore une fois, c’est Login, le roi des Balkans qui nous met en contact avec Mica Thomas, un activiste roumain de l’association « Active Watch » :

antenne roumaine de Reporters sans frontière, mais surtout groupe très actif en

matière de lutte contre toutes les formes de discrimination. Après avoir mis en place un programme d’initiation au punk pour les enfants roms, Mica Thomas a organisé une réplique roumaine du Paris-Dakar : le Bucarest-Dakar en vieille Dacia (l’équivalent de la R12 locale). Y a comme un air de famille entre ses histoires et « Marseille-Bakou ». Du coup, il nous invite dans les locaux de son journal « Kamikaze » pour faire une interview (une sorte de cafard enchaîné local). On prend la route le lendemain direction Oradea dans le nord de la Roumanie. En chemin, miracle…c’est en Roumanie qu’on trouve un champ de puits de pétrole. Demi tour, j’installe la merco dans le champ pour faire des images pendant que Nadia prépare un pique-nique. Après cette pause de pur éco-tourisme,

on reprend la route….turbo folk et manele à fond pour traverser la Transylvanie. Arrivé à Oradea, on retrouve Marian Daragu , un sociologue rom qui

est à la tête de la fondation « Fundatia Ruhama ». Son crédo inspiré des Black panters « Fier d’être rom ». Il nous emmène à Telechiu, une communauté rom pour laquelle la fondation a construit une route et quelques maisons en briques. Cette communauté est si pauvre qu’aux dernières élections, les politiciens ont acheté le vote rom en distribuant du SALAMI !!! De la route du village, impossible d’imaginer qu’il y a de la vie à cet endroit. Quand on arrive, c’est un autre monde très différent de Shutka : une vraie minorité invisible….une favela de campagne bien loin des clichés gadjo-dilesques : des roms sédentaires

qui habitent dans des cabanes au milieu des ordures…pas d’électricité, pas d’eau, et des rats. Certains d’entre eux ne sont jamais allés à Oradea, la ville

la plus proche à peine à 30 kms ! Alors forcément, l’arrivée de la merco-cirque déclenche une émeute. Les gosses ouvrent d’abord grands les yeux en voyant la voiture, mais une fois la surprise passée, c’est des dizaines de minots qui sortent de partout et prennent d’assaut la voiture. Ils montent sur la merco qui

sous le poids touche carrément le sol. Me voilà au milieu d’une nuée de pirates en folie avec des têtes d’un autre monde : cheveux rasés ou décolorés, sourcils rasés à la Taxi driver pour certaines filles, plusieurs couches de vernis à ongles sur les mains des petites filles et des garçons. Tous veulent voir mes tatouages. Ils m’enlèvent ma chemise…et poussent des grands OUAAA !! à chaque fois qu’ils découvrent un nouveau tatouage. Me voilà transformé en dessin animé ambulant…Plus possible de quitter Telechiu. Proxima estation : Kosice en Slovaquie (Second Cities : interface 2013)

Share